Éduc’alcool s’engage dans le projet « Nuit magique » de la Corporation des propriétaires de bars

Imaginons une soirée…

où personne ne prend un verre de trop où tous les conducteurs s’assurent d’être en état de conduire où tout le monde se sent en sécurité sans bouder son plaisir.

Dans la nuit du 25 au 26 novembre 2011, une trentaine d’établissements licenciés à travers le Québec prouveront que c’est possible et surtout réalisable. Comment ?

Grâce à un projet de sensibilisation qui consiste à distribuer des milliers de dépliants d’information et 15 000 éthylotests dans des cégeps et à la sortie des bars.

Organisé par la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec, à laquelle s’est joint Éduc’alcool, cet événement démontre la volonté de cette industrie de prôner la consommation responsable. Pour la corporation, l’initiative vise aussi à donner suite à des recommandations du coroner André Dandavino, comme l’explique le président de l’association, Jean-Jacques Beauchamp : « En août 2010, le coroner Dandavino suggérait que les débits de boissons puissent offrir des appareils pouvant déterminer le niveau d’alcoolémie d’un client, afin d’aider l’entourage à valider le niveau d’alcool d’un conducteur potentiel. « La CPBBTQ n’est pas insensible à ces recommandations. Nos membres ont été sollicités et ont répondu favorablement à cette première initiative qu’est « Nuit magique ». Ils entendent faire leur part afin d’éradiquer ce fléau que constitue l’alcool au volant », a-t-il souligné.

Dans la tradition d’Éduc’alcool

La participation d’Éduc’alcool au projet « Nuit magique » s’inscrit tout naturellement dans la tradition d’éducation et de responsabilisation de l’organisme. « Notre objectif consiste à donner aux Québécoises et aux Québécois les informations et les outils nécessaires pour qu’ils prennent des décisions éclairées en matière de consommation d’alcool. C’est pour cela qu’après leur avoir offert un calculateur d’alcoolémie sur Internet et en avoir développé l’application gratuite pour iPhone – et bientôt pour Android –, nous en faisons la promotion à l’occasion de cette opération », a déclaré le directeur général d’Éduc’alcool, Hubert Sacy.

Pour Éduc’alcool, il importe de consommer de l’alcool avec modération en tout temps, même si l’on ne conduit pas. « Ne pas conduire ne doit pas être synonyme d’autorisation de boire de manière excessive, mais les conducteurs doivent redoubler de prudence et les moyens que nous leur offrons, tout comme les éthylotests, peuvent les aider à se comporter de manière responsable », a-t-il poursuivi en se réjouissant de l’appui que M. Jean-Marie de Koninck, qui encourage aussi tout le monde à utiliser l’application iPhone d’Éduc’alcool, a donné au projet « Nuit magique ». « Au Québec, on dénombre encore près de 200 décès par an directement liés à l’alcool », déplore M. Stéphane Maurais, directeur d’Alco Prévention Canada. « S’il est vrai que le taux d’alcool était difficile à mesurer, ce n’est certes plus le cas aujourd’hui. Il existe en effet des éthylotests simples d’utilisation, et ces outils devraient faire partie des habitudes de prévention à prendre. On parle toujours d’un chauffeur désigné. C’est vrai et c’est bien, mais il serait formidable de prendre également l’habitude d’avoir une personne responsable de la distribution des éthylotests, car la limite de 0,8 peut être atteinte sans même qu’on s’en doute. Nous sommes donc fiers d’en mettre à la disposition de 15 000 automobilistes dans le cadre de « Nuit magique » ».