Surconsommation d’alcool lors de la Fête nationale à Québec : Éduc’alcool invite les québécois à choisir entre patriotes et colons

Québec le 27 mai 2012 – « Le thème de la Fête nationale en 2012, « le Québec en nous », nous invite plus que jamais à affirmer notre fierté comme nation en célébrant ce qu’il y a de meilleur en nous plutôt que de faire étalage de ce qu’il y a de pire chez nous. C’est dans cet esprit qu’Éduc’alcool invite jeunes et moins jeunes à choisir clairement leur camp. Ils peuvent être Patriotes ou Colons », a déclaré aujourd’hui le directeur général d’Éduc’alcool, Hubert Sacy qui en appelle à réduire la tolérance sociale face à l’abus d’alcool lors des célébrations de la Fête nationale à Québec.

Sous le thème « Patriotes ou Colons », la campagne publicitaire se déploie en affichage, à la radio, en imprimé et sur les réseaux sociaux pour dévaloriser la consommation abusive d’alcool et ses conséquences lors de la Fête nationale. Éduc’alcool invite l’ensemble de la population de Québec, et en particulier les jeunes, à ne plus tolérer les abus, la violence et les débordements qui caractérisent la Fête nationale dans la Capitale et à s’engager résolument du côté de la fierté de la nation québécoise.

« Le Québec a été bâti par de fiers Patriotes et de vaillants Colons. Aujourd’hui, à la Fête nationale, il y a toujours de fiers patriotes, mais il y a malheureusement un nouveau genre de colons. Il faut le leur dire haut et fort car, à la Fête nationale, lorsqu’il y a abus d’alcool, c’est notre fierté qui en prend un coup », a indiqué Hubert Sacy.

Aussi, en plus de sa campagne de sensibilisation, Éduc’alcool invite jeunes et moins jeunes à déterminer s’ils ont un comportement de « patriote » ou de « colon » en répondant à un petit test. Ils pourront par la suite afficher leur appartenance sur leur page Facebook et inviter leurs amis à faire le test, contribuant ainsi à valoriser la consommation modérée et dénoncer les abus.

Éduc’alcool est heureux de constater que les mesures mise en oeuvre l’an dernier par la Ville de Québec, son service de police et la Sûreté du Québec, alliés à ses propres actions de sensibilisation, ont contribué à amener les fêtards à célébrer davantage dans les lieux prévus à cette fin et à réduire les effets néfastes de l’abus d’alcool. « Mais il n’est pas possible de déterminer de manière claire si cette situation est attribuable à nos efforts ou si c’est la pluie abondante à qui nous devons cette amélioration. En outre, il y a tout de même eu des excès et des situations déplorables », a souligné Hubert Sacy.

De fait, malgré une participation moindre que celle de 2010, la Fête nationale 2011 a donné lieu à 29 arrestations (une baisse de 56%). Le quart de ces arrestations, toutes pour désordre, concernait les citoyens de Québec alors que l’on note 15 arrestations de visiteurs pour désordre et une pour chacun des motifs suivants : voies de fait, trafic de stupéfiants et ivresse avancée. On n’a cependant déploré aucune agression armée alors qu’il y en avait eu deux l’année précédente. En outre, il y a eu 123 appels au 911, une baisse de 13%, et 159 interventions policières, en hausse de 13%, dues notamment au nombre moindre de participants ce qui facilitait grandement l’action de la police.

Il faut vraiment que la consommation d’alcool sur la voie publique et les attroupements importants prennent fin car ils viennent gâcher la fête de la grande majorité de la population et ils portent un rude coup à la réputation de la ville à Québec. La Fête nationale donne trop souvent lieu à de graves excès en matière de consommation d’alcool avec toutes les conséquences sociales que cela représente. La nouvelle s’est même répandue à la ronde et de nombreux jeunes viennent de partout “célébrer” dans la Capitale en faisant beaucoup d’excès, comme le démontrent les statistiques des arrestations de l’an dernier.

« Il faut donc poursuivre nos efforts pour implanter une nouvelle norme sociale qui réduise le niveau de consommation d’alcool et qui dévalorise l’abus, pour que cette fête redevienne une occasion de fierté et de célébration à Québec comme ailleurs. Nous devons le faire savoir à ceux qui transforment notre Fête nationale en une honte nationale », de conclure Hubert Sacy.