Vaste campagne de la rentrée scolaire : vraiment collants

À l’occasion de la rentrée scolaire et des initiations, Éduc’alcool lance une importante campagne pour sensibiliser les jeunes aux conséquences de l’abus d’alcool sur les relations amicales, un sujet auquel les jeunes sont très sensibles, comme l’ont démontré les groupes de discussion tenus pour évaluer les diverses approches de campagnes.

Être entouré de vrais bons amis est une grande chance dans la vie. Il n’existe aucune raison de s’empêcher de dire à son entourage qu’on l’apprécie. Sauf que…

Quand on a trop bu et qu’on perd toutes ses inhibitions, on ne sait plus toujours exactement ce qu’on dit. Ni à qui on le dit. On dépasse sa pensée, on ne se rend pas compte qu’on embarrasse les autres. Dès lors, le sentiment devient caricature.

Il ne faut pas s’empêcher de vivre. Il n’y a rien de mal à prendre un verre. Encore faut-il savoir s’arrêter.

Avec ses deux nouvelles affiches, diffusées massivement et accompagnées d’outils promotionnels et d’articles de sensibilisation pour les publications étudiantes, Éduc’alcool rappelle que l’abus d’alcool ne fait pas bon ménage avec l’amitié. Et que le meilleur moment pour dire à quelqu’un qu’on l’aime ou qu’on l’apprécie, c’est quand on a toute sa tête.

Reprenant jusqu’à la caricature les deux expressions les plus employées par les jeunes gens soûls : « Maudit que j’t’aime » et « Toi, t’es ma best », Éduc’alcool a largement diffusé dans tous les collèges et universités du Québec des affiches explicites qui illustrent des jeunes éméchés et le rejet de leurs amis.