L’alcool n’excuse rien. Jamais!

Voir la publication

Il a beaucoup été question ces deux dernières années de certains abus qui sont intervenus lors des initiations ou lors des activités de fin d’année dans les établissements d’enseignement postsecondaires.

On a parlé de harcèlement sexuel, de pression des pairs, de conduites répréhensibles et plusieurs mesures ont été prises pour tenter d’endiguer le phénomène et de responsabiliser les étudiants. Toutefois, on n’a pas assez mis l’accent sur le rôle que joue l’alcool et la place qu’il occupe dans ce contexte.

Or, selon une récente étude québécoise, environ 75 % des victimes d’agressions sexuelles avaient de l’alcool dans le sang quand le crime a eu lieu. L’alcool est ainsi la substance le plus souvent présente dans un contexte d’agression sexuelle.

De fait, lorsqu’une personne consomme de l’alcool de manière excessive, elle risque de souffrir d’une certaine « myopie » qui réduit ses capacités tant à reconnaître les signes de danger qu’à identifier les situations qui sont à risque d’agression sexuelle. Parfois, faire boire la victime de manière excessive aura été la tactique de l’agresseur pour obtenir une relation sexuelle.

Prévenir la violence sexuelle, c’est avant tout ne pas consommer d’alcool de manière excessive. Chez les victimes potentielles, la consommation modérée permet de mieux reconnaître les signaux d’un risque d’agression. Chez les agresseurs, la diminution de la consommation d’alcool permet de limiter la désinhibition des attitudes et des comportements pouvant conduire à la violence sexuelle.

Le harcèlement sexuel est beaucoup trop fréquent, sur le campus comme à l’extérieur. Et le fait de boire n’est jamais une excuse pour un mauvais comportement, quel qu’il soit. Les remarques et les gestes choquants, les avances, le viol et les autres types d’agression ont tendance à augmenter sous l’effet de l’alcool. Il est de votre responsabilité de vous contrôler et, si vous voyez quelqu’un dépasser les bornes, vous devez parler et agir.

Télécharger l’affiche.
Voir la publication