Le calage d’alcool
Dangereux... à mort

Voir la publication

C’est quoi le calage ?

Le calage

Le calage est une activité qui consiste à boire la plus grande quantité d’alcool possible le plus rapidement possible.

Il peut s’agir d’un concours ou d’un défi organisé par un bar, un organisme, une association ou, encore, d’une activité improvisée par un groupe d’amis dans un lieu public ou privé, avec ou sans spectateurs.

C’est une pratique dangereuse qui peut prendre plusieurs formes et porter différents noms : Olymbières, Century, Chope d’or, etc.

Le calage entraîne souvent des intoxications très graves. Et, lorsque le taux d’alcoolémie atteint ou dépasse 400 mg d’alcool par 100 ml de sang (communément appelé .40), il peut provoquer le coma éthylique et même la mort.

Calage = Danger

Plusieurs conséquences peuvent survenir lorsqu’une personne consomme trop d’alcool. Ces effets s’aggravent avec la quantité d’alcool absorbée par l’organisme et deviennent à risque – voire dangereux – lorsque l’on atteint un taux d’alcool dans le sang de plus de 200 mg par 100 ml de sang (.20).

Alcoolémie

mg/100 ml de sang
État apparent Effets
De 0
à 50

(0 à .05)
Sobriété :

comportement normal
  • Peu ou pas d’influence significative
  • Diminution possible de l’anxiété et des inhibitions
De 50
à 100

(.05 à .10)
Légère
euphorie :


intoxication faible
  • Euphorie (sensation de bien-être et de satisfaction)
  • Perte d’inhibition
  • Volubilité et exubérance
  • Diminution progressive de l’attention, de la concentration et du jugement
  • Atteinte psychomotrice possible
De 100
à 200

(.10 à .20)
Ébriété :

intoxication moyenne
  • Diminution progressive de la mémoire et de la compréhension
  • Affaiblissement des capacités d’attention et du jugement
  • Atteinte progressive de la vision
  • Pâleur ou rougeur du visage
  • Élocution difficile
  • Instabilité émotionnelle
  • Augmentation du temps de réaction
  • Réflexes plus lents
  • Mauvaise coordination des mouvements
De 200
à 300

(.20 à .30)
Ivresse
avancée :


intoxication grave
  • Bredouillement
  • Propos incohérents
  • Confusion mentale
  • Désorientation
  • Dépression sensorielle marquée
  • Altération de la perception des couleurs, des formes, des mouvements et des dimensions
  • Insensibilité à la douleur
  • Nausées, vomissements
  • Apathie, somnolence
  • Éclats émotionnels
  • Cécité temporaire ou
    « black-out »
  • Mauvaise coordination marquée des mouvements
De 300
à 400

(.30 à .40)
Stupeur :

intoxication très grave
  • Diminution importante de la réponse aux stimulations
  • Abrutissement accompagné d’engourdissement (perte de la sensibilité et ralentissement des activités mentales)
  • Mauvaise coordination très marquée des mouvements
  • Sommeil profond
  • Transpiration excessive
  • Hypothermie (baisse de température)
  • Incontinence urinaire
  • Risque d’aspiration des vomissements
De 400
à 500

(.40 à .50)
Coma ou mort
  • Anesthésie
  • Inconscience
  • Absence de réflexes
  • Perte de maîtrise des muscles du rectum
  • Dépression respiratoire marquée
  • Coma ou mort par arrêt respiratoire

Source : Ben Amar, Champagne, Vallée, Cyr, Léonard et Charbonneau, Les Psychotropes : pharmacologie

Pages: 1 2
Voir la publication