L’alcool et le corps humain

Voir la publication

L’alcool, différent des autres aliments au moment de l’élimination

Foie

Pourquoi l’alcool est-il présent dans l’air expiré et dans le lait maternel?

Une partie de l’alcool (10 %) est éliminée telle quelle, soit sous une forme inchangée par l’urine et la sueur, mais aussi par l’air expiré, puisque l’alcool a été amené aux poumons par le sang. C’est en effet à partir de l’élimination pulmonaire qu’est détectée la présence ou l’absence d’alcool dans le sang, grâce à des instruments de mesure de l’air expiré (alcootest).

Pour les mères qui allaitent, il est important de savoir qu’en raison de la grande teneur en eau du lait maternel, l’alcool se retrouve dans le lait à des concentrations environ 10 % plus élevées que celles que l’on trouve dans le plasma sanguin.

Comment l’alcool est-il métabolisé par le foie?

La majeure partie de l’alcool (90 %) est éliminée par le métabolisme. Bien que les reins et le tractus gastro-intestinal participent à ce métabolisme, c’est le foie qui est le grand responsable de la transformation de l’alcool absorbé. Dans le premier temps du métabolisme hépatique, l’enzyme déshydrogénase transforme l’alcool en acétaldéhyde, une substance très toxique qui a des effets sur l’ensemble de l’organisme. Cela met en action, dans un deuxième temps, un autre enzyme – l’acétaldéhyde déshydrogénase – qui transforme l’acétaldéhyde en une molécule inactive et inoffensive, l’acétate – ou acide acétique.

Pourquoi l’alcool est-il éliminé différemment d’une personne à une autre?

Peu importe la quantité consommée, le foie ne peut transformer ou métaboliser qu’une certaine quantité d’alcool à l’heure, soit de 15 à 17 mg. La vitesse à laquelle s’effectue cette transformation dépend notamment de la quantité d’enzymes métabolisateurs dans le foie, et cette quantité varie d’une personne à l’autre et semble déterminée génétiquement. Toutefois, d’autres facteurs influencent ce processus.

Conséquences et effets immédiats de l’absorption d’alcool.

Pourquoi l’alcool a-t-il autant d’effets sur le cerveau?

Avant d’arriver au foie, l’alcool contenu dans le sang affecte d’autres organes vitaux qui contiennent beaucoup d’eau et qui ont besoin d’un volume important de sang pour fonctionner. C’est sur le cerveau que les effets sont le plus rapidement observables. L’alcool restreint plusieurs fonctions du cerveau en amortissant les centres d’excitation. Les effets de l’alcool peuvent être tout d’abord ressentis de façon favorable, puisqu’ils entraînent une réduction du stress ou des inhibitions et créent une sensation de calme ou de stimulation. Ces effets dépendent par contre de l’état d’esprit du moment. Pour la personne qui était déjà triste ou en colère avant de boire, le fait de prendre un peu d’alcool peut tout d’abord la rendre de meilleure humeur. Mais cet effet va ensuite s’inverser et elle risque de se retrouver rapidement encore plus triste ou en colère.

Pages: 1 2 3
Voir la publication