La modération en quatre chiffres : 2-3-4-0

Voir la publication
La science a testé l'alcool 1:44

D’où vient la formule 2-3-4-0 ?

Les femmes qui souhaitent consommer avec modération et éviter les problèmes à long terme devraient limiter leur consommation à 2 verres par jour et à 10 par semaine, alors que pour les hommes, ces limites sont respectivement de 3 verres par jour et de 15 par semaine. C’est le 2-3 de la formule.

Il est vrai aussi que l’on peut, de temps à autre, consommer un peu plus. Ainsi, lors d’une occasion spéciale, les femmes peuvent prendre 3 verres et les hommes 4. À condition, bien sûr, que ces « occasions spéciales » ne reviennent pas trop souvent. C’est le 3-4 de la formule.

Enfin, pour éviter l’accoutumance, tant physique que psychologique, il est recommandé de s’abstenir totalement de consommer de l’alcool au moins un jour par semaine. C’est ça, le 0.

Pourquoi une campagne sur les niveaux de consommation d’alcool à faible risque

Plus de 95% des Québécois connaissent le slogan d’Éduc’alcool « la modération a bien meilleur goût » et une très grande majorité d’entre eux le mettent en pratique. Ils ont bien compris que, loin d’être une punition ou une contrainte, la modération est une condition du plaisir.


Malheureusement, avec l’augmentation constante de la consommation d’alcool depuis dix ans, le nombre de Québécois qui consomment au-delà des limites reconnues augmente lui aussi. Il devient alors important de « chiffrer » la modération, en plus de la promouvoir.

D’où viennent les directives et sont-elles crédibles ?

Un comité national d’experts, dont faisait partie la conseillère d’Éduc’alcool, a élaboré des directives précises relativement à la consommation d’alcool à faible risque. Celles-ci ont été révisées par trois sommités scientifiques de trois continents et endossées par un nombre impressionnant d’organismes publics et privés. Elles sont désormais LA référence.

Sur quelles bases sont-elles conçues ?

Ces directives ne sont pas les mêmes pour les femmes et pour les hommes. Elles prennent autant en compte les problèmes à court terme que ceux qui pourraient surgir à long terme à la suite d’une consommation excessive.

Mais ça, c’est une synthèse. Il n’y a pas d’autres situations où il est préférable de ne pas boire ?

En effet. Il est inapproprié de consommer de l’alcool dans certaines circonstances, comme lorsque :

  • on a des décisions importantes à prendre ;
  • on pratique des activités physiques dangereuses ;
  • on manœuvre un véhicule motorisé, de la machinerie, de l’équipement mécanique ou électrique ;
  • on est responsable de la sécurité d’autres personnes ;
  • on prend des médicaments qui interagissent avec l’alcool ;
  • on a des problèmes de santé mentale ou physique ;
  • on a des problèmes de dépendance à l’alcool.

Et pour les femmes enceintes et celles qui allaitent ?

Quoique les risques liés à une faible consommation d’alcool durant la grossesse paraissent minimes, aucun seuil totalement sécuritaire n’a été défini. Il est donc recommandé aux femmes enceintes et à celles qui cherchent à le devenir de ne pas consommer d’alcool. En plus, les femmes qui allaitent devraient s’abstenir d’en consommer avant l’allaitement.

Des conseils pratiques et des tuyaux pour mieux boire ?

  • Établissez vos limites et tenez-vous y.
  • Buvez lentement.
  • Alternez votre consommation avec des boissons non alcoolisées.
  • Mangez avant et pendant que vous buvez.
  • Planifiez de boire dans un environnement sécuritaire.

Et les jeunes ?

La consommation précoce d’alcool peut nuire au développement physique et mental des jeunes. Il faut donc retarder le plus possible l’âge de la première consommation des adolescents. Ceux qui commencent à boire ne devraient consommer que sous surveillance parentale, un maximum de 2 verres, tout au plus deux fois par semaine.

L’alcool n’a pas que des effets bénéfiques ?

Bien sûr. Mais même si l’alcool peut avoir des effets bénéfiques pour les femmes ménopausées et pour les hommes après 40 ans, il n’est pas conseillé de boire pour cette seule raison. Les magasins qui vendent de l’alcool ne sont pas des pharmacies.

Est-ce qu’il suffit de suivre la formule pour ne jamais avoir de problèmes ? Et que se passe-t-il si on ne les suit pas ?

La formule 2-3-4-0 n’est pas magique. Elle ne remplace pas le jugement. Mais chaque fois qu’on la transgresse, on augmente les risques, un peu comme conduire l’hiver sans pneus à neige. On n’est pas certain d’avoir un accident mais on prend plus de risques.

Voir les publicitiés
Voir la publication