Les effets de la consommation abusive d’alcool

Voir la publication

Trop, c’est trop : dépendance et excès

Dépendance et excès

Les effets de la consommation abusive d’alcool sur la santé ne sont pas tous de même nature : il y a d’abord ceux qui sont liés à la dépendance, soit les effets résultant d’une grande consommation d’alcool prise de façon chronique, ensuite ceux qui sont liés à l’excès ou les effets aigus résultant d’une prise unique et démesurée, dont le risque est proportionnel au taux d’alcool dans le sang.

Les personnes qui sont aux prises avec des problèmes de dépendance à l’alcool mettent leur santé en péril et courent notamment le risque de développer une cirrhose du foie. Il est par contre moins connu que la consommation périodique et excessive d’alcool peut endommager à peu près tous les organes du corps humain.

Savoir pour bien décider

Si l’alcool procure du plaisir, il peut aussi causer des problèmes. Lorsqu’on choisit de consommer, il est important de demeurer vigilant : physiquement, l’alcool nous fait-il du bien ? Ou, au contraire, nous affecte-t-il de façon négative ?

N’oublions pas que…

  • L’alcool est un irritant pour le tube digestif – la bouche, la gorge, l’œsophage, l’estomac, l’intestin -, bref pour notre tuyauterie intérieure. De plus, l’alcool affecte les conduits qui contrôlent le transit de la nourriture, de la bouche à l’intestin.
  • L’alcool est un aliment et le foie est responsable de sa digestion. Le foie est une petite usine capable de décomposer généralement 15 grammes d’alcool pur à l’heure, soit environ :
    • une bouteille de bière de 340 ml (12 oz) à 5% ;
    • un verre de vin de 140 ml (5 oz) à 12% ;
    • un verre de spiritueux de 45 ml (1,5 oz) à 40%.
    Lorsque le foie a trop de travail ou qu’il fonctionne moins bien, il réagit en accumulant des graisses résiduelles. Cela affecte son fonctionnement dit normal, pourtant indispensable à notre survie.
  • L’alcool affecte le fonctionnement du cœur et des vaisseaux sanguins bien qu’il ait une fonction protectrice au niveau des artères en favorisant la production de bon cholestérol. Les alcooliques peuvent avoir le cœur malade, mais auront des artères sans gras.
  • L’alcool affecte le cerveau et le système nerveux, notamment les nerfs des jambes. C’est un produit neurotoxique qui affecte entre autres la mémoire, l’équilibre et les capacités d’anticipation des individus.
Pages: 1 2 3
Voir la publication