Les effets de la consommation précoce d’alcool

Voir la publication

Une période de transition propice à la surconsommation

Jeunes précoces

L’adolescence se définit souvent par des modifications physiques et biologiques, mais elle ne peut être réduite à cette seule expression. L’adolescence implique aussi des changements sur le plan social : le passage d’un statut d’enfant, nécessitant de la supervision, à un statut d’adulte, responsable de ses propres actes. De plus en plus, les scientifiques s’entendent sur le fait que ce sont les caractéristiques de l’individu et les exigences de son milieu – plutôt que l’âge – qui déterminent les limites de l’adolescence.

Comme les périodes de transition et de bouleversement sont fortement associées à une consommation excessive d’alcool, force est de constater que l’adolescence est en soi un facteur de risque à la surconsommation. Il n’est donc pas surprenant que ce soit à ce moment-là que la vaste majorité des jeunes font leurs premières expériences de consommation d’alcool.

Le développement du cerveau des adolescents

Caractériser l’adolescence de période de changement et de transition est d’autant plus vrai lorsqu’il est question du cerveau. Contrairement à ce que les neurologues et les psychiatres ont longtemps pensé, le cerveau des adolescents – tout comme leur corps, d’ailleurs – est inachevé et en voie de transformation majeure durant cette période particulière de leur vie.

À cet âge, le cerveau subit une reconfiguration et les centres responsables des émotions sont particulièrement modifiés. L’intensité émotionnelle de l’adolescence – dont plusieurs adultes se souviennent parfois avec nostalgie – est un phénomène qui s’explique par le développement neurochimique du cerveau. Par ailleurs, les lobes frontaux* du cerveau sont les éléments dont la maturité est la plus tardive, et c’est là où sont situées les facultés de planification, de stratégie, d’organisation, de concentration et d’attention.
*Le lobe frontal et le cortex préfrontal.

Le lent développement du cerveau peut causer la surconsommation

Si le développement du cerveau des adolescents est lent, la maturation sexuelle des jeunes se produit de plus en plus tôt. Cette étonnante contradiction est identifiée comme l’un des facteurs de risque de la consommation abusive des jeunes.

Ainsi, les adolescents sont doublement à risque d’abuser de l’alcool puisque d’une part, leur habileté à réfléchir adéquatement est en développement et que d’autre part, ils apprécient les sensations fortes. Ils sont donc malhabiles.

Pages: 1 2
Voir la publication