À Québec et au Québec, levons nos verres à Bordeaux.

Septembre 2012 : voilà 50 ans que Bordeaux et Québec sont jumelées et, pour fêter ce demi-siècle de rapprochements, voilà que Bordeaux fête le vin à Québec.

Certains n’y verront qu’un Salon des vins de plus, d’autres, une opération de promotion du vignoble bordelais, d’autres en profiteront pour faire des découvertes, d’autres enfin seront indifférents, voire critiques.

C’est toutefois un événement exceptionnel dont il faut prendre toute la mesure. Car Bordeaux, c’est plus qu’une ville et plus qu’une appellation. C’est cela bien sûr, mais c’est aussi la quintessence de la culture du goût et c’est aussi un modèle de civilisation.

Tous les deux ans, en juin, Bordeaux fête le vin sur les bords de la Garonne. Bon an, mal an, cet événement festif attire des centaines de milliers de participants qui dégustent des produits dans une ambiance amicale et conviviale. De manière modérée et responsable aussi.

Il faut savoir que le maire de Bordeaux, Alain Juppé – qui, au passage, est un grand ami du Québec où il a vécu pendant un an – a très à cœur la notion de modération dont il se fait l’ardent promoteur. Aussi, est-elle au cœur des préoccupations de sa ville, comme des organisateurs de la Fête. Éduc’alcool est d’ailleurs très présent à Québec pour Bordeaux fête le vin et son message y sera amplement relayé.

C’est que Bordeaux fête le vin se targue de diffuser largement le message de prévention, fort bien entendu par le public participant, et de mettre en place un large dispositif pour assurer sa sécurité. Ainsi, en juin dernier, grâce à Vin et Société, une organisation-sœur d’Éduc’alcool, 30 000 alcotests ont été distribués lors de la Fête. Dans son bilan 2012, Bordeaux fête le vin se félicite d’ailleurs de l’efficacité, de la mobilisation et de la vigilance de tous les acteurs qui ont collaboré à ce bilan. La tenue de l’événement à Québec ne fera pas exception, au contraire.

Bordeaux synonyme de modération, mais synonyme aussi de culture de dégustation et de civilisation. Nous connaissons tous le renouveau, voire la renaissance, de la ville qui, sous l’impulsion dynamique de son maire, est devenue un véritable écrin, patrimoine mondial de l’UNESCO, tout comme Québec d’ailleurs.

Ce que nous connaissons moins, c’est le gigantesque chantier du Centre culturel et touristique du vin, qui verra le jour à Bordeaux en 2017. Il sera plus qu’un musée et plus qu’un parc thématique : une véritable encyclopédie vivante de la civilisation du vin abordant l’ensemble des thèmes qui la compose : l’histoire, la géographie, la géologie, l’œnologie, les arts et dans laquelle la modération aura, naturellement, sa place.

Saluons donc les 50 ans de Bordeaux-Québec, et levons nos verres à ce projet de la seule manière qui convienne : par l’illustration vivante que la modération a bien meilleur goût.

Hubert Sacy
Directeur général
Éduc’alcool