Conduite avec les facultés affaiblies : OUI AUX TESTS D’HALEINE ALÉATOIRES

Pas facile de prendre position sur les tests d’haleine aléatoire pour combattre la conduite avec les facultés affaiblies. D’une part, en effet, on ne peut être insensible aux droits et libertés fondamentaux et il est heureux que dans notre pays, nous ayons des mesures de protection contre l’arbitraire. Mais d’un autre côté, nous pourrions faire tellement mieux en matière de conduite avec les facultés affaiblies en augmentant la perception que l’on va se faire épingler si l’on conduit en état d’ébriété, qu’il fallait trancher quelque part.

Les tests d’haleine aléatoires sont une mesure de dépistage automatique qui permet de demander à des conducteurs de se soumettre à un test effectué par la police, sans que celle-ci n’ait de raison de soupçonner la présence d’alcool dans leur organisme. Elle diffère des tests d’haleine sélectifs, actuellement autorisés, qui ne permettent aux policiers de demander un test d’haleine aux conducteurs que s’ils les soupçonnent d’avoir une concentration d’alcool dans le sang supérieure à la limite légale.

Or, les THA ont contribué à améliorer le bilan routier dans les régions où ils ont été implantés et Éduc’alcool a toujours soutenu qu’avant de modifier le taux d’alcoolémie pour conduire, il faut accroître le sentiment que l’on va se faire prendre si l’on conduit avec les facultés affaiblies et il faut donc simplifier les opérations policières.

C’est pour ça qu’il faut appuyer la demande du gouvernement du Québec de rendre légaux les tests d’haleine aléatoires en guise de mesure de prévention des accidents dus à l’abus d’alcool, de sécurité routière et pour l’amélioration du bilan routier.

Hubert Sacy
Directeur général