Cours Action Service obligatoire

Prendre résolument le parti de la sécurité et de l’intérêt publics

Ce mémoire d’Éduc’alcool sur le projet de loi qui révise les lois sur l’alcool insiste sur l’inclusion de l’obligation pour les propriétaires et les employés qui servent de l’alcool dans les établissements licenciés de suivre le cours Action Service, une formation sérieuse et éprouvée à cet effet.

Toutes les recherches scientifiques convergent :

  • Les serveurs peuvent jouer un rôle déterminant dans la réduction du nombre de conducteurs ivres au volant et la violence.
  • Les programmes d’éducation et de traitement pour les comportements troubles liés à la consommation d’alcool sont les plus efficaces.
  • L’Oregon a permis de réduire de près du quart le nombre d’accidents mortels.
  • La mesure fait l’objet d’un vaste consensus dans le milieu et sur la scène politique.
  • L’incitation ne fonctionne pas : en dix ans, moins de 4 000 serveurs, pas même 7 %, ont suivi le cours.

Les objections à ce projet sont totalement infondées
1. La mesure n’entraînerait pas des coûts exorbitants pour les propriétaires d’établissements; nul ne demande aux restaurateurs de les payer.
2. Elle n’entraînerait pas des coûts excessifs pour les serveurs. Le cours coûte 45 $ et il sera réduit si le fait de le rendre obligatoire en diminue les frais.
3. Elle n’est pas inapplicable compte tenu du nombre de serveurs et du roulement de la main-d’œuvre. Partout dans le monde où elle existe, elle est appliquée sans problème; et le cours ne dure que de 4 à 5 heures.
4. Il ne suffit pas que seul le propriétaire soit formé : ce sont les serveurs, lesquels sont en contact direct avec les clients, qui sont au cœur du succès. Nul ne peut prétendre sérieusement que seul le propriétaire doive savoir faire la cuisine, mais pas les cuisiniers.
5. Éduc’alcool et l’ITHQ sont parfaitement prêts à donner le cours à des milliers de personnes simultanément. Grâce à notre réseau de formateurs accrédités, nous avons la capacité de former plus de 75 000 personnes en direct en moins d’un an et cela ne sera sans doute pas nécessaire, car une grande majorité de serveurs iront sans doute sur le Web.
6. Ce n’est pas une exigence insupportable. Comme il est normal pour un chauffeur d’avoir un permis de conduire, il est tout aussi normal pour un serveur d’avoir son permis de servir.
7. La formation n’est pas une contrainte additionnelle inutile. Elle est un outil exceptionnel qui facilite la vie des propriétaires et des serveurs des établissements licenciés en ce qu’il leur permet de mieux remplir une obligation légale et réglementaire qu’ils ont déjà.

La loi doit être claire et nette et elle doit se lire ainsi : Le titulaire d’un permis autorisant la vente ou le service de boissons alcooliques pour consommation sur place, autre qu’un permis de réunion, doit s’assurer que tous les titulaires de permis et toutes les personnes qui servent ou qui vendent de l’alcool ont suivi, au plus tard un an après l’adoption du présent projet de loi, le cours Action Service sur la vente et le service responsables des boissons alcooliques. Les autres modalités d’application de cet article seront déterminées par règlement qui interviendra dans les 90 jours suivant l’adoption de la loi.

En savoir plus sur la publication et mémoire