Zéro alcool pour les moins de 22 ans au volant

Une mesure justifiée sur les plans scientifique et statistique

Éduc’alcool salue l’entrée en vigueur de la disposition qui interdit aux jeunes de moins de 22 ans de conduire s’ils ont la moindre quantité d’alcool dans le sang. Cette mesure se justifie à la fois sur les plans statistique et scientifique.

Les jeunes sont largement surreprésentés dans les accidents de la route. Ils sont impliqués dans plus du quart des accidents alors qu’ils représentent seulement 10 % de l’ensemble des conducteurs. De récentes découvertes en neurosciences démontrent que jusqu’à l’âge de 24 ans, la portion du cerveau où sont localisés la capacité de prévoir, d’anticiper et le jugement sont toujours en développement alors que la recherche de sensations fortes est bien présente.

Un autre aspect mérite d’être soulevé et souligné : pour qu’une loi soit efficace, encore faut-il qu’elle soit appliquée.

Au Québec, il est notoirement reconnu que la perception que l’on va se faire arrêter si l’on viole la loi est particulièrement faible. Les données disponibles sont concluantes à cet égard. Tant que les Québécois ne seront pas persuadés qu’ils se feront arrêter s’ils conduisent avec les facultés affaiblies, toutes les mesures législatives et réglementaires resteront lettre morte.

Il est essentiel que l’on augmente de manière considérable et spectaculaire les patrouilles policières et les contrôles sur nos routes afin de renforcer le sentiment populaire qu’il y a bel et bien des risques de se faire arrêter si l’on conduit en état d’ébriété.

Il est enfin essentiel de poursuivre inlassablement le travail d’éducation et de sensibilisation, notamment par le guide Boire Conduire Choisir que diffuse Éduc’alcool dans toutes les écoles de conduite du Québec.

En savoir plus sur la publication et mémoire