Sommaire 2019

Habitudes de consommation d’alcool, types d’alcool consommés, lieux et contextes de consommation d’alcool
Les Lavallois sont un petit peu moins nombreux que la moyenne québécoise (85 %) à consommer de l’alcool (83 %). Ils consomment également un peu moins souvent que la moyenne (1,7 c. 1,9 fois par semaine).

La consommation de bière est moins élevée à Laval que dans le reste du Québec (26 % c. 34 % au Québec). Aussi, les consommateurs d’alcool lavallois sont moins nombreux à boire à la maison (78 % c. 82 % au Québec). Cependant, ils sont plus nombreux à en consommer en jouant à des jeux de hasard (18 % c. 15 % au Québec).

Les Lavallois sont aussi parmi ceux qui respectent le plus les niveaux de consommation d’alcool à faible risque (70 % c. 66 %). La proportion d’entre eux qui déclare n’avoir jamais abusé de la consommation d’alcool est aussi inférieure à la moyenne québécoise (49 % c. 45 % au Québec).

Impacts de la consommation d’alcool sur la santé et les relations sociales
Les Lavallois sont parmi ceux qui rapportent le moins de méfaits de l’alcool sur leur santé physique (12 % c. 16 % au Québec) et sur leurs relations familiales et amicales (toutes deux 3 % c. 6 % au Québec).

Consommation d’alcool et conduite
Bien qu’ils soient un tout petit peu plus nombreux que la moyenne du Québec à conduire avec un taux d’alcool supérieure à la limite légale (9% c. 8%), une proportion plus importante de Lavallois juge que la limite de consommation de 80 mg imposée par la loi n’est pas assez sévère (32 % c. 27 % au Québec).

De plus, les résidents de Laval sont plus nombreux à affirmer qu’il n’est pas du tout probable qu’un conducteur ayant dépassé les limites de consommation d’alcool autorisées par la loi se fasse arrêter (5 % c. 3 % au Québec).

Alcool et cannabis
Les Lavallois consomment un peu moins de cannabis que la moyenne québécoise (17 % c. 18 %) et le mélangent moins avec l’alcool (21 % c. 24 %).

Notoriété du slogan « La modération a bien meilleur goût » et crédibilité d’Éduc’alcool
En comparaison avec les autres régions du Québec, on remarque à Laval une plus faible notoriété du slogan d’Éduc’alcool (83 % c. 90 % au Québec), ce qui s’explique par le pourcentage d’allophones plus élevé que la moyenne québécoise .

Cependant, une très forte proportion de Lavallois s’accorde sur le fait qu’Éduc’alcool est un organisme crédible (95 % c. 92 % au Québec).

Faits saillants

Habitudes de consommation d'alcool

Consommation d’alcool (au cours des 12 derniers mois)

Les résultats de l’étude démontrent que 85 % des Québécois âgés de 15 ans et plus ont consommé des boissons alcooliques au cours des 12 mois précédant l’enquête.

Signalons des pourcentages de consommateurs plus élevés au Saguenay-Lac-Saint-Jean, en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et sur la Côte-Nord.

Consommation de boissons alcoolisées

Une proportion de 56 % de Québécois consomme de l’alcool une fois par semaine ou plus. L’ensemble des régions du Québec se comporte de façon similaire à l’exception de trois régions où la consommation d’alcool est moins fréquente : en Abitibi-Témiscamingue, en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et sur la Côte-Nord.

Le vin est la boisson alcoolisée la plus consommée sur une base hebdomadaire (40 %) au Québec. Il est suivi de la bière (34 %). Cette dernière est plus appréciée par les résidents de Chaudière-Appalaches, Mauricie et Centre-du-Québec et est moins appréciée par ceux de la Côte-Nord, Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et de Laval. Quant au vin, il est consommé sur une base hebdomadaire de façon équivalente à travers le Québec, sauf en Mauricie, en Abitibi-Témiscamingue, en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et sur la Côte-Nord.

Endroits où l’on consomme de l’alcool

Une forte majorité des Québécois consomme de l’alcool souvent ou à l’occasion à la maison (82 %), chez des amis (77 %) ou au restaurant (68 %).

On note quelques différences significatives entre les régions : une plus forte propension à consommer de l’alcool à la maison dans la Capitale-Nationale, en Lanaudière et en Mauricie, contrairement à Montréal, Laval et l’ Abitibi-Témiscamingue.

On observe une plus grande proportion de résidents de Chaudière-Appalaches, Montérégie et Saguenay-Lac-Saint-Jean qui consomment de l’alcool chez des amis, ce qui n’est pas le cas pour les résidents d’Abitibi-Témiscamingue, de l’Outaouais et de la Côte-Nord.

Soulignons que les Montréalais, les Lavallois, les Outaouais et les Saguenéens-Jeannois ont tendance à être plus nombreux à consommer dans un bar, alors que les Montréalais, les Laurentiens et les Centriçois fréquentent davantage les discothèques.

Fréquence de consommation élevée

Le tiers des Québécois (34 %) affirme avoir dépassé les limites de consommation à faible risque (1) au moins une fois par mois au cours des 12 derniers mois. Cette tendance est plus forte au Saguenay-Lac-Saint-Jean, en Côte-Nord et en Outaouais.

Aussi, plus de la moitié des consommateurs disent avoir bu de manière excessive (c’est-à-dire 5 verres ou plus) en une même occasion au cours des 12 derniers mois. À noter qu’une proportion plus importante des résidents du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Capitale-Nationale et de l’Outaouais ont affirmé avoir dépassé cette limite.

L'alcool et la conduite automobile

Conduite d’un véhicule automobile sous l’influence de l’alcool

La moitié des conducteurs automobiles ayant consommé de l’alcool au cours des 12 derniers mois affirme avoir conduit au moins une fois après avoir consommé de l’alcool à l’intérieur des limites permises par la loi. Cette tendance est particulièrement observée chez les conducteurs de la Capitale-Nationale, ceux de l’Estrie et du Centre-du-Québec. Elle est cependant moins répandue parmi les automobilistes de Montréal, d’Abitibi-Témiscamingue et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

D’autre part, 8% des conducteurs automobiles qui consomment de l’alcool ont pris le volant avec un taux d’alcool supérieur à la limite légale. Cette proportion est particulièrement plus élevée à Montréal, en Outaouais et au Centre-du-Québec, et plus faible en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Chaudière-Appalaches et Abitibi-Témiscamingue.

Qu’est-ce qui est criminel?

Huit Québécois sur dix considèrent que « conduire après avoir abusé de l’alcool » est criminel, tandis que 17% considèrent plutôt que c’est conduire après avoir pris un seul verre d’alcool qui est criminel.

On note une plus forte intransigeance face à la consommation d’alcool et la conduite automobile dans les régions de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Côte-Nord et de Montréal où l’on considère davantage criminel de conduire après avoir pris un seul verre d’alcool.

En outre, les gens provenant de la région de la Chaudière-Appalaches, de Lanaudière et de la Capitale-Nationale sont plus nombreux à considérer qu’il est criminel de conduire après avoir abusé de l’alcool.

Évaluation de la limite d’alcool pour conduire

Les deux tiers (67 %) des Québécois estiment que la limite actuelle de 0,08 g d’alcool dans le sang pour conduire un véhicule automobile est sévère (dont 5% l’estiment trop sévère et 62% juste assez sévère).

Les habitants des Laurentides, de Laval et de Montréal sont plus nombreux à être d’avis que cette limite est trop sévère, tandis que ceux de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches et du Centre-du-Québec sont proportionnellement plus nombreux à penser que cette limite est assez sévère.

À l’opposé, 27 % des Québécois pensent que la limite n’est pas assez sévère. Ceci est particulièrement vrai dans les régions du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Côte-Nord et de Laval.

Barrage policier en matière d’alcool au volant

Au cours de la dernière année, les trois quarts des conducteurs automobiles n’ont même pas aperçu de barrage policier en rapport avec l’alcool au volant, contre un quart qui en a aperçu un sur une route du Québec.

Parmi ceux qui ont aperçu un barrage policier en rapport avec l’alcool au volant, une forte proportion sont des résidents de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, de la Côte-Nord et de Chaudière-Appalaches.

Dans le même ordre d’idées, huit automobilistes sur dix disent n’être jamais passés par un barrage policier qui vérifiait la sobriété des conducteurs au cours de la dernière année, alors que deux sur dix ont subi un tel contrôle. Ce sont les résidents de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, de la Côte-Nord et de Chaudière-Appalaches qui sont les plus nombreux à avoir été confrontés à ce type de barrage policier.

Bien que les avis semblent globalement partagés, les Québécois sont plus nombreux à penser qu’il est improbable qu’un conducteur qui a consommé au-delà de la limite d’alcool permise par la loi se fasse intercepter pour alcool au volant au Québec. Cette croyance est plus fréquente chez les gens provenant de Lanaudière, de Montérégie et des Laurentides.

Les Québécois et le cannabis

Consommation de cannabis

Près d’un Québécois sur cinq affirme avoir consommé du cannabis au cours de ces 12 derniers mois.

La proportion de personnes ayant consommé du cannabis est plutôt similaire dans les différentes régions, mais les résidents de l’Estrie, de l’Outaouais et de Montréal se démarquent, car ils sont proportionnellement plus nombreux à en avoir consommé.

En outre, et c’est une donnée nouvelle, 17% des consommateurs des deux produits déclarent les avoir consommé simultanément au cours des 12 derniers mois, dont 24% toujours et souvent et 27% occasionnellement.

Éduc'alcool et la modération

Notoriété du slogan « La modération a bien meilleur goût »

Neuf Québécois sur 10 connaissent le slogan « La modération a bien meilleur goût ». La notoriété du slogan varie de 93 à 97% dans toutes les régions, à l’exception de Laval et Montréal. Cette différence est due au fait que Montréal et Laval possèdent une plus grande diversité de communautés culturelles, la connaissance du slogan par les Montréalais et les Lavallois francophones étant identique à celle de la moyenne québécoise (95%).

Crédibilité d’Éduc’alcool

Une très grande majorité des Québécois connaît Éduc’alcool (86%) dont le taux de crédibilité s’élève à 92%. Les résidents de Laval, l’Outaouais et du Bas-Saint-Laurent sont les plus convaincus de la grande crédibilité de l’organisme.

Résultats détaillés

Consommation d'alcool (au cours des 12 derniers mois)

Q3. Au cours des 12 DERNIERS MOIS, avez-vous consommé de la bière, du vin, du cidre, des spiritueux ou d’autres boissons alcoolisées (cooler, prémélangés, etc.)?

Consommation de boissons alcoolisées

Q10. Consommez-vous les boissons alcoolisées suivantes plus d’une fois par semaine, environ une fois par semaine, à l’occasion ou jamais?

Endroits où l'on consomme de l'alcool

Q11. Au cours de la dernière année, vous est-il arrivé souvent, à l’occasion, rarement ou jamais de consommer de l’alcool…

Note : Les répondants ayant sélectionné NSP varient à chacune des questions. La base est donc présentée en fonction de l’ensemble des consommateurs d’alcool.

Fréquence de consommation d’alcool au cours des 12 derniers mois

Q8. Au cours des 12 derniers mois, quelle a été, en moyenne, la fréquence de votre consommation de boissons alcoolisées? Est-ce …

Respect des limites de consommation recommandées (4 consommations ou plus pour les femmes, 5 consommations ou plus pour les hommes)*

FEMMES : Q14. Au cours des 12 derniers mois, combien de fois avez-vous pris plus de TROIS consommations, c’est-à-dire 4 verres ou plus, EN UNE MEME OCCASION?
HOMMES : Q15. Au cours des 12 derniers mois, combien de fois avez-vous pris plus de QUATRE consommations, c’est-à-dire 5 verres ou plus, EN UNE MÊME OCCASION?

* Nouvelle formulation en 2017 – Étant donné que la question posée en 2017 est différente, il est impossible de comparer les résultats avec ceux de 2015.

Fréquence de consommation élevée (5 verres ou plus)*

Q15. Au cours des 12 derniers mois, combien de fois avez-vous pris plus de QUATRE consommations, c’est-à-dire 5 verres ou plus, EN UNE MÊME OCCASION?

Impacts de la consommation

Q17. Au cours des 12 derniers mois, vous est-il déjà arrivé de sentir que votre consommation nuisait…

Conducteurs d’un véhicule automobile

Q30A. Conduisez-vous vous-même un véhicule automobile?

Conduite d’un véhicule après avoir consommé de l’alcool à l’intérieur de la limite permise par la loi

Q30B. Au cours de la dernière année, combien de fois vous est-il arrivé de conduire un véhicule automobile après avoir pris de l’alcool à l’intérieur de la limite permise par la loi?

Conduite d’un véhicule après avoir consommé de l’alcool au-delà de la limite permise

Q30C. Au cours de la dernière année, combien de fois vous est-il arrivé de conduire un véhicule automobile après avoir consommé de l’alcool au-delà de la limite permise par la loi?

Qu’est-ce qui est criminel?

Q26. Selon vous, qu’est-ce qui est criminel pour un adulte?

Évaluation de la limite d’alcool pour conduire

Q28. Pour les adultes, la limite actuelle d’alcool dans le sang pour conduire un véhicule automobile est de 80 mg (.08g), SELON LA LOI. Considérez-vous cette limite…

Déjà vu un barrage policier en matière d’alcool

Q30D. Au cours de la dernière année, avez-vous déjà vu un barrage policier en matière d’alcool au volant ?

Passage dans un barrage policier en rapport avec l’alcool au volant

Q30E. Au cours de la dernière année, êtes-vous déjà passé par un barrage policier qui vérifiait l’état des conducteurs en matière d’alcool au volant ?

Probabilité de se faire intercepter dans un barrage policier pour l’alcool au volant

Q31. Selon vous, quelle est la probabilité qu’un conducteur qui a consommé au-delà de la limite d’alcool permise par la loi se fasse intercepter au Québec pour alcool au volant.

Consommation de cannabis (12 mois)

Q50A. Au cours des 12 DERNIERS MOIS, avez-vous consommé du cannabis?

*Attention base faible (moins de 60)
Cette question a été ajoutée en 2019.

Consommation d’alcool et de cannabis (en même temps)

Q50B. Au cours des 12 derniers mois, vous est-il arrivé de consommer de l’alcool en même temps que du cannabis?

Cette question a été ajoutée en 2019.

Notoriété du slogan « La modération a bien meilleur goût »

Q35. Même si vous l´avez mentionné précédemment, vous souvenez-vous avoir déjà vu, lu ou entendu le slogan LA MODÉRATION A BIEN MEILLEUR GOUT?

La formulation de la question a été adaptée pour les répondants au questionnaire web.

Crédibilité d’Éduc’alcool

Q39. Diriez-vous qu’Éduc’alcool est un organisme très crédible, assez crédible, peu ou pas du tout crédible?